logo site
Territoire et mémoire du Sillon et d’Estuaire
“Pas de savoir sans critique du savoir et sans savoir critique” Henri Lefebvre

Version n°4 du site de Jean-Yves Martin historien & géographe en périurbain nantais

logo article ou rubrique
La production de l’espace au local :
approche lefebvrienne décentrée en Estuaire et Sillon

Le terrain d’étude est la communauté de communes de l’estuaire de la Loire, entre Nantes et Saint-Nazaire, en France, échelon du mille-feuille territorial, juste au-dessus du niveau communal. L’angle d’étude est la production de l’espace local, et son inscription, avec le SCOT, dans la métropole nantaise

Article mis en ligne le 13 mars 2020

par Jean-Yves Martin

La Production de l’espace est d’abord un ouvrage d’Henri Lefebvre. Contrairement au Droit à la ville, ce n’est pas un "non-livre", recueil d’articles, mais un traité, qui explore et définit de nombreux concepts. Il clôt le cycle spatial lefebvrien de 1968 à 1974. Ensuite, Lefebvre n’y est jamais revenu, sauf pour réaffirmer son appel à une spatiologie, science multidisciplinaire de l’espace. Aujourd’hui, avec le seul droit à la ville, devenu slogan polysémique, beaucoup oublient aujourd’hui qu’il a toujours été critique vis-à-vis de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement.

Par-delà le silence des usagers il faut rompre le consensus spatial avec une critique la vie quotidienne locale dans ses aspects les plus concrets : assainissements collectif et autonome, collecte et répurgation des ordures ménagères, desserte téléphonique et internet, par l’ex "opérateur historique" Orange... Dans l’information locale, le grand basculement de la presse imprimée (Ouest-France, le 1er journal régional) vers l’internet et les réseaux sociaux n’améliore en rien la qualité de la couverture de l’espace local ni ses représentations sociales. Il en est de même pour l’identité du territoire avec l’histoire locale et le "marketing territorial" à visée touristique.

La domination s’y exerce sous la forme d’une gouvernance territoriale de type entrepreneuriale, avec confiscation du pouvoir par le duopole des élus intermédiaires (les maires) et des services communautaires (budgétaires, environnementaux...). Cette alliance constitue une écoligarchie, dans l’esprit lefebvrien du cybernanthrope (… contre les technocrates). Le tryptique des espèces d’espaces lefebvriens (conçu, perçu, vécu) aide à décrypter les mécanismes de la domination, préalable indispensable à la perspective d’une ré-appropriation populaire du territoire.

Les conflictualités sociospatiales renvoient immanquablement à une question d’échelle, micro ou macro ? Le "lyrisme des cabanes" des ZADs, dont l’écho perdure, ne peut masquer la normalisation foncière avancée en cours de "la mère de toutes les ZADs", celle de Notre-Dame-des-Landes, jouxtant le terrain d’étude. Détournement d’espace temporaire, certes, jusqu’où une ZAD constitue-t-elle un contre-espace pérenne ? Quant à eux, en 2018-19, les Gilets jaunes - ni parti, ni syndicat, selon leur volonté initiale - en s’éloignant de leurs ronds-points d’origine (Lussault, 2019) ont laissé passer l’occasion de se constituer en mouvement socio-territorial inédit. Rien n’est réglé pour autant à ce jour, malgré l’extrême violence de la répression policière étatique qui s’étend à tous les mouvements sociaux.

En 2020, au-delà des émergences microlocales d’un "Vivre sans" (travail, argent, police, institutions..., (Lordon, 2019), la question reste ouverte d’une perspective d’échelle bien plus large : « Le lyrisme des cabanes, des forêts et des zones fouette sans doute nos imaginations, mais ne soutient pas une perspective politique pour le nombre ». Au-delà du droit à la ville, une telle perspective ne peut s’abstraire des mécanismes de la production de l’espace. Non plus celle d’une société bureaucratique de consommation dirigée - comme à l’époque de Lefebvre - mais celle de la métropolisation financière, numérique et écoligarchique. Pour une réponse émancipatrice, à construire par les concernés et à enraciner en leur périphérie locale elle-même.


Dans la même rubrique