Mondialité et identités (in : La Pensée, 1999)

Reterritorialiser la citoyenneté

Vendredi 1er octobre 1999, par Jean-Yves Martin // Différence & moments

La crise de la politique comporte une dimension géographique par trop négligée. La mondialisation en cours provoque conjointement, et à toutes les échelles, le creusement des inégalités socio-spatiales et une fragmentation des territoires qui ne signifie cependant pas pour autant leur fin. L’exclusion massive est ainsi le fruit de ségrégations socio-territoriales aggravées. La citoyenneté traditionnelle y a perdu des repères devenus moins pertinents. Les idéologies spatiales d’échelle unique actuellement en vogue - du mondialisme au localisme, en passant par le « régionalisme » européaniste - ne rendent cependant que très imparfaitement compte d’appartenances multiples et d’allégeances sociales et idéologiques désormais plus volatiles et diversifiées Pour reterritorialiser le politique il devient donc urgent, face aux multiples risques, de refonder la citoyenneté à partir du lieu afin, tout à la fois, de renouer le lien social et de redonner du sens à l’engagement citoyen.

In : Revue La Pensée n°319, 3ème trimestre 1999, Centre d’études et de recherches marxistes (Paris).

Lire l’article PDF

PDF - 2.5 Mo