logo site
Territoire et mémoire du Sillon et d’Estuaire
“Pas de savoir sans critique du savoir et sans savoir critique” Henri Lefebvre

Version n°4 du site de Jean-Yves Martin historien & géographe en périurbain nantais

logo article ou rubrique
L’urgence climatique est un leurre
de François Gervais

Selon le discours dominant, la terre se réchaufferait dangereusement et si nous ne faisons rien demain sera la fin du monde. En matière de climat, le marché de la peur est très florissant. Mais « les marchands de peur prolifèrent par indigence de la culture scientifique » souligne l’auteur. Une peur bien opportune, qui devient un véritable instrument de pouvoir fondé sur la manipulation des émotions, des enfants et des jeunes (Greta Thunberg, marches pour le climat, grèves scolaires des vendredis) au-delà de toute raison. Mais jusqu’où y a-t-il réellement « urgence climatique » ?

Article mis en ligne le 19 novembre 2018
Dernière modification le 28 février 2019

par Jean-Yves Martin

Selon le discours dominant, la terre se réchaufferait dangereusement et si nous ne faisons rien demain sera la fin du monde. En matière de climat, le marché de la peur est très florissant. Mais « les marchands de peur prolifèrent par indigence de la culture scientifique » souligne l’auteur. Une peur bien opportune, qui devient un véritable instrument de pouvoir fondé sur la manipulation des émotions, des enfants et des jeunes (Greta Thunberg, marches pour le climat, grèves scolaires des vendredis) au-delà de toute raison. Mais jusqu’où y a-t-il réellement « urgence climatique » ?

François Gervais n’est pas un de ces YouTuber auto-proclamés "experts" en climat. Universitaire, physicien, il a été directeur d’un laboratoire du CNRS. Déjà auteur de six ouvrages, dont « L’innocence du carbone » en 2013, il a été expert reviewer du rapport AR5 du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat). C’est dire s’il connaît bien les rouages de la machine onusienne du climat. Il est aujourd’hui conférencier, membre du conseil scientifique de l’Association des climato-réalistes.

Clairement à contre-courant, il explique dans ce nouveau livre, pourquoi il n’y a aucune urgence climatique. Il démontre preuves et chiffres à l’appui que le léger accroissement de CO2 dans l’atmosphère depuis le début de l’ère industrielle profite à la biomasse et aux récoltes et que le climat change systématiquement tous les trente ans, suivant divers cycles naturels combinés. La partie du réchauffement liée aux activités humaines n’est qu’infime et est noyée dans la variabilité naturelle.

Pour François Gervais, s’il y a une urgence, c’est surtout celle de retrouver nos esprits... scientifiques. Car contrairement à ce que prétendent les responsables du GIEC, et leurs thuriféraires en France, il est absolument faux d’affirmer qu’il existerait un « consensus » des chercheurs autour des questions climatiques. Ce livre le prouve en détails. Le catastrophisme des modèles numériques virtuels, source de politiques énergétiques coûteuses qui vont dans le mur, est en revanche annonciatrice qu’une catastrophe bien réelle s’approche : risques de « black-out » électriques et envol des taxes carbone. Pour « prévenir un gâchis économique gigantesque », ce livre donne tous les éléments à jour pour une compréhension posée et rationnelle du sujet.

Le sujet est sérieux et complexe : il est à la fois scientifique hors toute confusion entre le temps (qu’il fait chaque jour : T°, pression, vent, hygrométrie, etc.), la météorologie (prévisions à court terme) et le climat (succession annuelle habituelle des types de temps en un lieu donné) ; épistémologique (critères de validité de la science climatique, encore largement immature et balbutiante) ; énergétique (quel « mix » avec quelles énergies, durables ou intermittentes, plutôt que « renouvelables ») ; médiatique (rôle de la presse, des « journalistes scientifiques », et des réseaux sociaux) ; social (risques et précarité énergétiques) et politique (les choix et leur débat). Pour aider à ce large décryptage, chaque chapitre est suivi de références supplémentaires à jour. L’ouvrage s’achève sur un glossaire scientifique permettant de vérifier les définitions et acronymes.

Un ouvrage complet et utile qui vient à point nommé, pour éclairer et relativiser le dernier rapport spécial du GIEC d’octobre, hyper-alarmiste, lui.

Sommaire

Prélude : les ravages de l’obscurantisme
1. Végétation, rendement des récoltes.
2. Un devis exorbitant
3. Les émissions de CO2 échaufferont-elles la planète au-delà de 1°C ?
4. Variabilité naturelle du climat.
5. Les fluctuations du CO2 suivent les fluctuations de température.
6. Transition technologique et énergétique
7. Confusions et contradictions autour de la COP21
8. Jusqu’où le vote US de fin 2016 ?
9. « Anxiocène »

L’auteur

François Gervais est professeur émérite à la Faculté des Sciences et Techniques de l’Université de Tours. Il a été Expert reviewer du rapport AR5 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Il est vice-président de Centre. Sciences, Centre de diffusion de la culture scientifique, technique, industrielle en Région Centre-Val de Loire. De 1996 à 2012, il était directeur d’un Laboratoire labellisé UMR 6157 CNRS qui a développé des recherches axées entre autres sur la spectrométrie infrarouge et les matériaux pour l’efficacité énergétique. De 2005 à 2011, il était conseiller scientifique du Pôle de Compétitivité S2E2, Sciences et Systèmes de l’énergie électrique. De 1982 à 1996, il était maître puis directeur de Recherche au CNRS et sous-directeur du Centre de Recherches sur la Physique des Hautes Températures LP 4212 CNRS. Il est auteur ou coauteur de 236 publications dans des revues internationales à comité de lecture. Il a publié 6 livres, l’Innocence du carbone chez Albin Michel, d’autres sur les matériaux pour l’énergie, le climat et la programmation chez Lavoisier, Sybex ou Scholar’s Press. Il est médaillé du CNRS en thermodynamique, lauréat du Prix Yvan Peyches de l’Académie des Sciences et officier dans l’Ordre des Palmes Académiques.

François Gervais, L’urgence climatique est un leurre : prévenir un gâchis économique gigantesque, Coll. Grandeur Nature, L’Artilleur/Toucan, 2018, 302 p., 20 €.