La culture marxiste lefebvrienne dans l’approche de l’espace géographique urbain : le cas du Brésil

Vendredi 5 octobre 2007, par Jean-Yves Martin // Henri Lefebvre

Intervention au Congrès Marx International V octobre 2007 ALTERMONDIALISME - ANTICAPITALISME POUR UNE COSMOPOLITIQUE ALTERNATIVE

Atelier 7. Vendredi 5 octobre de 16 à 18 h. Le marxisme et la question de la ville (en hommage à Henri Lefebvre) / atelier co-organisé avec La Somme et le reste. Etudes lefebvriennes

Le Brésil globalisé et urbain pour plus de 80% de sa population, peut faire ici l’objet d’une rapide étude de cas.

Alors qu’en France la référence marxiste - donc a fortiori lefebvrienne - est désormais fortement marginalisée dans la géographie universitaire « après la chute du mur » (P.Claval), elle apparaît à l’inverse au Brésil singulièrement vivante, notamment en ce qui concerne l’espace urbain.

Ce n’est pas un fait complètement nouveau, car avec M. C. de Andrade et surtout M.Santos, plusieurs générations de géographes brésiliens ont admis de longue date leur marxisme affirmé, plutôt conventionnel, hérité en partie de certains géographes français (J.Tricart, P.George, J.Dresch.), même s’il a tourné finalement à un altermondialisme « pour une autre globalisation » (M.Santos).

Après s’être affranchie de certains errements « post-modernes » d’origine anglo-saxonne (D.Harvey, E.Soja), la nouvelle école brésilienne de géographie urbaine (A.F.A.Carlos et alii) affiche plutôt aujourd’hui une approche marxiste résolument lefebvrienne.

Bien au-delà de la référence fondatrice à la seule « Production de l’Espace », elle mobilise désormais avec brio l’ensemble du sceptre de la pensée d’Henri Lefebvre, du triptyque de l’espace vécu, conçu et perçu, jusque la mise à l’épreuve de l’espace du quotidien à travers de nouvelles formes de conflictualités socio-territoriales, non seulement dans l’urbain métropolisé et ses marges (favelas) mais aussi, paradoxalement, dans l’immense rural péri-urbanisé brésilien, tout particulièrement avec le Mouvement des Sans-terre (MST).